Lyon 2014, ville pionnière !
Le projet en bref

201402_lyon_enbrefVoici le résumé de notre projet pour Lyon, que vous pouvez télécharger en PDF ci-contre.

Vous y trouverez des liens vers nos articles programmatiques plus développés.

A voir aussi: la vidéo de notre réunion publique « Notre projet pour Lyon »

Sommaire


pictoBanqueEn2-2

La crise économique empire de jour en jour. L’austérité frappe jusqu’aux portes de Lyon : nous n’avons plus un sou pour financer les grands projets d’avenir, même l’école va devenir payante. L’avenir des Lyonnais ne doit pas se jouer sur les marchés financiers ! Le véritable enjeu pour la vie locale, ce sont les banques : depuis 2008, elles exercent leur chantage sur l’État et les collectivités. Avec les dépôts et l’épargne en otage, elles obligent les pouvoirs publics à se porter garants de leurs activités spéculatives tout en exigeant le remboursement de la dette !

La priorité est de couper le cordon avec les banques casinos. Lyon doit être pionnière dans ce combat : si nous sommes élus, nous ferons voter un vœu par le Conseil municipal exigeant des députés du Rhône qu’ils défendent à Paris une vraie séparation bancaire. La spéculation ne doit plus prendre en otage l’économie réelle.

C’est une étape clé vers le rétablissement d’un système de crédit public seul à même de financer une reprise économique.

pictos_credit

  • Fiscalité locale : Les impôts locaux continueront à augmenter tant que la France ne sera pas sortie de la crise économique. Grâce à notre riposte municipale et aux mesures que nous préconisons au niveau national, la ville retrouvera les moyens de se financer sans payer des taux d’intérêts aux banques privés et sur les marchés, et donc sans avoir besoin d’augmenter les impôts locaux.

 

Gouvernance

  • Sécurité : la sécurité, cela se bâtit en amont : la priorité est de bâtir une société plus juste.
    Évidemment cela est un projet général de société. A l’échelle locale, nous supprimerons les systèmes de vidéosurveillances. A la place, nous formerons une police de proximité et d’aide à la personne. Pour la jeunesse, nous organiserons une politique de découverte civique des services d’urgence : police, pompiers, urgences (intervenants dans les collèges, ateliers, vidéos)
  • Vie politique locale : aujourd’hui, les conseils de quartier sont très peu écoutés. La raison en est qu’on les consulte en général, après décision.
    C’est lors de la phase de réflexion des projets que nous organiserons des réunions publiques.
  • Administration et Services publics : arrêtons la privatisation des services publics.
    Marre des fonctionnaires qui marchent à reculons et se plaignent constamment ? Un fonctionnaire considéré et respecté, c’est un fonctionnaire investi dans son travail et motivé. La qualité des services publics dépend de tous !
  • Citoyenneté : la plupart des Français se disent dégoutés de la politique. Évidemment, ils ne sont jamais consultés !
    En début de chaque nouvelle année, les citoyens seront sollicités via un questionnaire que nous irons récupérer chez eux. Nous organiserons par ailleurs des stands sur les marchés et dans les rues pour discuter avec eux des grandes thématiques qui seront abordées par le conseil municipal durant l’année.
  • Budget : en période de crise économique, aucun budget ne sera jamais assez sérieux, assez économe. Évidemment ! Les banques ne veulent qu’une chose : que les collectivités et l’État les renflouent et payent leurs dettes, quitte pour cela à mener des politiques d’austérité draconienne. Ce système marche la tête à l’envers !
    Il faut déverrouiller notre capacité d’investissement à long terme grâce à une politique nationale de crédit public qui fonctionne à faibles taux d’intérêts. Arrêtons les montages financiers type PPP et les émissions obligataires ; ils sont le résultat d’une adaptation aux règles du jeu financières.

 

Santé / Action sociale

  • Personnes handicapées : Les personnes handicapées doivent être considérées comme des citoyens normaux.
    Cela implique de donner à la ville les moyens d’adapter les infrastructures à ces-derniers (ascenseurs, rampes d’accès, etc…), tout comme aux séniors. Dans le 3e arrondissement, nous mettrons par exemple, en place une politique d’accessibilité des piscines aux handicapés en commençant par la piscine Garibaldi.
  • Séniors : Les séniors sont de plus en plus touchés par l’isolement.
    Nous nous engageons à recréer des espaces intergénérationnels. Nous mettrons notamment en relation les personnes âgées et les enfants via la création d’espaces de restauration communs. L’éveil aux métiers chez les pré-ados est une priorité pour laquelle nous mobiliserons les retraités, etc…
  • Intégration : Une intégration manquée est généralement liée à une méconnaissance générale.
    Nous multiplierons les espaces de rencontres interculturelles et inter-quartiers.
  • Santé : la santé n’a pas de prix : nous ne devons pas permettre aux comptables et aux gestionnaires de prendre le pouvoir dans les hôpitaux.
    Dans le 3e arrondissement, il faut rénover l’hôpital Edouard Herriot, les urgences doivent être faciles d’accès. Pas de sous-traitance à l’hôpital, particulièrement en ce qui concerne l’hygiène et la propreté.
  • Jeunesse : Offrons des conditions d’apprentissage dignes à nos enfants, des classes d’une vingtaine d’élèves tout au plus.
  • Petite enfance : le 3e manque singulièrement de crèches.
    Nous construirons de nouveaux établissements municipaux d’accueil de la petite-enfance et soutiendrons prioritairement les initiatives d’associations en la matière.

 

Éducation et culture

  • Éducation et écoles : il faut traiter d’urgence les écoles touchées par le problème de l’amiante en privilégiant le temps des vacances d’été pour le désamiantage. Nous mettrons à disposition des locaux municipaux ou privés le temps des travaux.
    Par ailleurs, nous nous opposons à ce que les familles soient sollicitées financièrement concernant la mise en place de la réforme des rythmes scolaires. Les élèves de maternelle et du primaire doivent avoir accès à des ateliers philo, des initiations à la musique, des expérimentations scientifiques (la main à la pâte, ébulliscience, etc.).
  • Culture : le divertissement et le sport business ne peuvent pas être conçus comme la seule source de culture dans la ville.
    Orchestres et conservatoires municipaux doivent aller vers les Lyonnais, chorales et musiciens se produire dans la rue ;
    La bibliothèque de la Part-Dieu doit ouvrir ses portes en soirée et le dimanche, pour que tous les Lyonnais puissent y accéder ;
    Le budget culture doit être orienté vers des projets de qualité accessibles à tous. Il faut promouvoir et soutenir les initiatives privilégiant la rencontre des cultures et des savoirs.
  • Patrimoine et histoire locale : il faut populariser des circuits de musées typiquement lyonnais : musée Gadagne, musée des Canuts, musée de l’Imprimerie, musée de la médecine (à repenser)… Le musée de la Résistance et le Fort Montluc doivent devenir des « incontournables » de la découverte touristique de notre ville.
  • Vie associative, culturelle et sportive : la ville doit subventionner les associations qui créent un vouloir vivre en commun et qui assurent des missions de services publics. Les associations sportives manquent cruellement d’infrastructures de sport type gymnases. Nous construirons au moins un nouveau gymnase dans le 3e arrondissement.

 

Environnement

  • Énergie : Nous sommes pour le nucléaire de 4e génération qui permet le recyclage des déchets radioactifs de longue durée. Nous promouvrons à Lyon un pôle de recherche fondamentale sur la fusion nucléaire. Nous y intègrerons des étudiants lyonnais et grand lyonnais de niveau master et doctorat.
  • Propreté et pollution : Nous favoriserons la circulation des véhicules non-polluants en ville en créant des avantages parking en centre-ville pour ces derniers. Les jours de pics de pollution, les transports en commun seront gratuits.
    En ce qui concerne la propreté, nous systématiserons la verbalisation des maîtres indélicats comme dans le quartier de Montchat. En contrepartie, les mairies doivent redonner des sacs à crotte et réalimenter régulièrement les distributeurs.
    Nous multiplierons les toilettes publiques gratuites, en particulier sur les quais du Rhône.
  • Eaux, bruit : Pour l’eau, nous reviendrons en régie publique.
    Pour le bruit, les résidents des quais du Rhône seront aidés par la mairie pour la réalisation de travaux d’isolation phonique.

 

Économie

  • Emploi : Le travail n’est pas une marchandise !
    Les secteurs porteurs d’emplois qualifiés (médecine de pointe, transports du futur, physique nucléaire) doivent être systématiquement promus. Nous créerons des partenariats avec les universités pour donner une première expérience professionnelle de qualité aux étudiants et jeunes diplômés.
  • Tourisme : L’économie de la ville ne peut pas reposer sur le tout tourisme et le tout tertiaire !
    Nous développerons néanmoins un tourisme de qualité accessible à tous les revenus, notamment une offre hôtelière qui ne se réduise pas au seul luxe. Nous privilégierons le tourisme culturel permettant de découvrir l’âme historique de la ville plutôt que le seul divertissement.
  • Entreprises : les banques n’alimentent plus l’économie. Les entreprises SITL et les atelières (ex-Lejaby) sont un exemple de ce problème : par défaut de soutien bancaire, elles doivent cesser leur activité.
    Nous déposerons un vœu municipal exigeant du Parlement français qu’il vote une loi de séparation stricte entre banques d’affaires et banques de crédit et dépôts qui les obligera à jouer de nouveau leur rôle auprès des entreprises.

 

Urbanisme

  • Voirie : nous poursuivrons les travaux très réussis de la rue Garibaldi. Nous requalifierons l’A6/A7 en boulevard urbain.
  • Transport : Arrêtons le bricolage : le tramway n’est pas cher… mais il n’est pas efficace et bloque la circulation !
    En réalisant de nouvelles lignes de métro, l’on dégagera du temps libre au quotidien. Nous prolongerons le métro à Charpennes et à Perrache vers l’extérieur de la ville, nous créerons une ligne automatique est-ouest mettant fin au cauchemar du C3…
  • Logement : il existe trop de disparités dans le 3e arrondissement à ce niveau-là.
    Nous rénoverons en priorité le quartier de la Guillotière. Nous faciliterons l’accès à la propriété pour les revenus modestes et mettrons en place une politique de logements à loyers modérés.
    Nous soutiendrons une politique de densification intelligente de l’habitat en ville : il faut accompagner les constructions, d’infrastructures nécessaires à la vie de quartier. Par ailleurs, ces nouvelles constructions doivent être respectueuses des caractéristiques architecturales des quartiers.
  • Grands projets : une fois la loi de séparation bancaire effective, nous pourrons lancer au niveau national une véritable politique de crédit public.
    Grâce à ce mode de financement, nous pourrons optimiser notre position stratégique de carrefour européen : le canal Rhin-Rhône qui est écologiquement et économiquement intéressant ; la LGV Lisbonne-Kiev qui doit constituer une colonne vertébrale pour une nouvelle Europe des peuples et des grands projets.
    A l’échelle de la région, nous désenclaverons les villes de taille moyenne via une boucle de transports modernes et rapides de type aérotrain. Cela permettra d’y relocaliser des activités économiques et de l’habitat.
    A l’échelle de la ville, nous soutenons le projet d’Anneau des Sciences (TOP) à condition que le contournement ouest lyonnais et l’extension du réseau métro soient réalisés auparavant.

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire